1951, création du Ferranti Mark I

0
493
Ferranti Mark I

Le titre de « premier ordinateur polyvalent disponible dans le commerce » revient probablement à la société britannique Ferranti Mark I pour la vente de son premier ordinateur Mark I à l’Université de Manchester. Le Mark 1 était une amélioration notable des ordinateurs expérimentaux «Baby» et Manchester Mark 1. Un contrat avec le gouvernement britannique est à l’origine de son développement, mais un changement de gouvernement a entraîné une coupure dans les budgets et seul un second exemplaire du Mark I a été vendu à perte à l’Université de Toronto, où il a été rebaptisée FERUT.
Le Mark I utilisait un mot de 20 bits enregistré sous la forme d’une ligne de points sur un tube de Williams. Les instructions étaient enregistrées sur un seul mot, alors que les nombres étaient stockés sur deux mots. La mémoire principale consistait en huit tubes contenant chacun une page de 64 mots. D’autres tubes contenaient l’accumulateur unique de 80 bits (A), le « registre multiplicande/quotient » (MQ) de 40 bits, et huit « lignes B », ou registres d’index, qui étaient une des particularités du Mark I. L’accumulateur pouvait aussi être adressé comme deux mots de 40 bits. Un mot de 20 bits supplémentaire par tube contenait une valeur de déplacement vers la mémoire secondaire. La mémoire secondaire consistait en un tambour magnétique de 512 pages contenant deux pages par piste. Son temps de révolution était d’environ 30 millisecondes. Le tambour fournissait huit fois la capacité de celui du Manchester Mark I.

LAISSER UNE REPONSE