Comment Google Hummingbird (Colibri) affiche votre contenu sur ses propres pages

5
17554

Vous rappelez-vous du discours de Google et des opportunistes du marketing Internet qui indiquaient que vous aviez juste besoin d’un « excellent contenu » et que tout ira bien pour votre référencement Google ?  La bonne affaire, Google a changé son algorithme récemment afin de le rendre plus « conversationnel ».
Ils appellent cette mise à jour de l’algorithme « Hummingbird » (Colibri) et elle affecterait 90% des recherches. 

Tour de France

Que fait Hummingbird exactement ?

Il est difficile de répondre à cette question précisément mais dans de nombreux cas, l’algorithme se contenterait d’ajouter aux résultats de recherche un  contenu structuré en réponse à une question, de telle sorte qu’il n’est plus nécessaire de suivre les liens pour disposer de l’information.  Pour de nombreux éditeurs, cela signifie que les visiteurs potentiels pourraient ne plus aller sur site dans la mesure où ils disposent de « réponses » directement sur le site de Google. L’un des leviers qui permet au moteur de mieux comprendre donc d’afficher de l’information pertinente est la mise en œuvre par les webmasters de données structurées sur leurs propres sites.

Les micro-données permettent d’associer des libellés à des contenus de manière à décrire un type d’information spécifique (personnes ou événements par exemple). Par exemple, un événement est associé aux propriétés suivantes : adresse, heure de début, nom et catégorie. Ceci permet donc aux moteurs de capter de l’information structurée et de l’afficher sur sa propre page.

Comment perdre du poids ou arrêter de ronfler grâce à Google ?

Face à ces mauvaises nouvelles il y a toujours des personnes optimistes qui affirment que Hummingbird est en fait idéal pour les créateurs de contenu, alors que dans les faits de nombreux exemples prouvent le contraire !
Ainsi le site ahref fait état des résultats, pour le moins surprenant, qui sont affichés en réponse à une des requêtes populaires telles que « comment perdre du poids ? » ou encore « comment arrêter de ronfler ». On constate que le moteur répond lui-même à cette question par le biais d’un contenu situé dans les résultats de recherche.
Si vous faites le test vous-même vous pourrez constater ne que l’information varie d’une langue à l’autre et qu’elle est située en tête des SERP juste sous les liens publicitaires. En français, ce type d’information n’apparaît pas…encore.
Prenez note que les sites mentionnés sont souvent les mêmes et sur ce plan WebMd semble bien placé. Si vous êtes un professionnel du SEO, vous pourriez bien de perdre du poids et même avoir très faim et faute de travail vous aurez le temps de ronfler.
Comment arrêter de ronfler

Google diffuse depuis longtemps des résultats en lien avec les requêtes les plus courantes comme la météo ou encore la situation géographique de la plupart des communes. Il semble qu’aujourd’hui les requêtes comportant des mots clés tels que « comment », « quel est » fassent l’objet d’un traitement particulier et que les résultats soient affichés sans intermédiaire. On peut imaginer que tôt ou tard les requêtes les plus courantes telles que celle portant sur la conjugaison ou le vocabulaire soient directement affichées par Google.

L’avenir est clair : Google va devenir un assistant personnel, tout comme Siri sur l’iPhone et cesser de renvoyer vers des sites tiers (les votres).  La firm de mountain view investit d’ailleurs beaucoup dans l’intelligence artificielle et dans la numérisation d’ouvrages, afin d’être d’offrir une information la plus pertinent possible. Le risque dans tout celà est que le Web devienne de moins en moins ouvert si le trafic venait à se limiter au seules pages du moteur de recherche.

Google pourrait donc devenir votre plus grand concurrent.

5 COMMENTAIRES

  1. Et même si sur le plan juridique il existe des règles de diffusion sur les droits d’auteur, la position dominante de Gg pourrait contraindre les webmasters à accepter des conditions d’utilisation très désavantageuses. C’est bien triste

  2. Finalement le risque porte surtout sur les contenus très communs (description de ville, dictionnaires en ligne…). Les articles de fond devraient je pense être moins touchés car ils ne répondent pas à des questions très courantes. Ceci dit comme le souligne votre article l’information affichée fait l’objet d’un traitement de plus en plus poussé et donc pourrait devenir de moins en moins neutre.

  3. Bing intègre lui aussi du contenu aux résultats de recherche, vous n’avez qu’à taper euro contre dollar pour le constater. C’est vrai que cela pose des questions étiques car le contenu n’appartient pas aux moteurs. En revanche, je doute que Google qui dégage ses bénéfices de la publicité soit suffisamment stupide pour ne pas rediriger vers les pages qui potentiellement pourraient diffuser de l’adsense.

LAISSER UNE REPONSE