Commodore PET et CBM

0
13

Le Commodore PET ( Personal Electronic Transactor ) est une gamme d’ ordinateurs domestiques  personnels produite à partir de 1977 par Commodore International. Best-seller sur les marchés de l’éducation au Canada et aux États-Unis, il a été le premier ordinateur complet de Commodore et a formé la base de toute sa gamme de produits 8 bits, y compris le Commodore 64. Le premier modèle, baptisé PET 2001, a été le troisième ordinateur personnel mis à la disposition des consommateurs, après l’Apple II et le TRS-80.

Caractéristiques :

Début de commercialisation en janvier 1977
Prix: 795 $
CPU: MOS 6502, 1 MHz
RAM: 4K, plus tard 8K
Affichage : Texte 40 X 25 sur un écran intégré de 9  »
Ports: IEEE-488, cassette, parallèle, bus système
Espace de rangement: Cassette intégrée
OS: BASIC dans ROM

Dans les années 1970, Commodore était l’une des nombreuses sociétés d’électronique vendant des calculatrices conçues autour de puces Texas Instruments (TI) basées à Dallas. Cependant, en 1975, TI a augmenté le prix de ces composants au point où le jeu de puces coûtait plus cher qu’une calculatrice TI totale, et l’industrie qui s’était formée autour de lui était gelée du marché.

Pub Commodore PET

Commodore a répondu à cette demande en cherchant un jeu de puces qu’ils pourraient acheter directement. Ils ont rapidement adopté MOS Technology  qui était sur le point de commercialiser un nouveau microprocesseur le 6502. En septembre 1976, Chuck Peddle, l’un des ingénieurs concepteur de chez Commodore a eu une démonstration d’un prototype de l’Apple II par Steve Jobs. Jobs  proposait de le vendre à Commodore, mais Commodore a considéré que l’offre de Jobs était trop chère.

La direction exigea que Peddle, Bill Seiler et John Feagans créent un ordinateur opérationnel le Consumer Electronics Show de juin 1977, et leur donnèrent six mois pour le faire.

Le résultat fut le premier ordinateur domestique tout-en-un, le PET, dont le premier modèle était le PET 2001. Son processeur 6502 contrôlait l’écran, le clavier, les magnétophones et tous les périphériques connectés à l’un des ports d’extension de l’ordinateur.

Le PET 2001 pouvait être être équipé soit de 4 Ko (2001-4) soit de 8 Ko (2001-8) de mémoire RAM 8 bits. C’était essentiellement un ordinateur monocarte à logique discrète pilotant un petit moniteur monochrome intégré et composé de 40 lignes de 25 caractères.

Commodore a été la première entreprise à concéder sous licence le BASIC  6502 de Microsoft, mais l’accord de licence a failli mettre Microsoft en liquidation judiciaire, Commodore ayant stipulé qu’elle ne paierait la licence BASIC qu’après l’expédition du PET. Cependant, il a fallu plus de six mois pour que cela se produise, au cours de laquelle Microsoft a perdu de l’argent et, pire encore, ses réserves de liquidités ont encore été épuisées par une action en justice concernant la propriété d’Altair BASIC. À la fin de l’année, la société en difficulté a été sauvée par la décision d’Apple d’acquérir  une licence à Microsoft BASIC pour la gamme Apple II.

Bien que la machine ait été modérément réussie, il y avait des plaintes fréquentes au sujet du clavier peu ergonomique et trop petit ainsi qu’à un manque de fiabilité. D’autre part, Commodore proposa d’intégrer un disque dur à son ordinateur un an après Apple et Tandy.

En 1979, Commodore a remplacé le PET 2001 par un modèle amélioré connu sous le nom de 2001-N (le N était l’abréviation de «Nouveau»). La nouvelle machine utilisait un moniteur vert-phosphore standard à la place du bleu clair de l’original 2001. Elle avait maintenant un clavier classique de taille normale et n’intégrait plus l’enregistreur à cassettes. La ROM du noyau a été mise à niveau pour ajouter du support à la nouvelle ligne de disques du Commodore. Il a été proposé en modèles 8kB, 16kB ou 32kB comme 2001-N8, 2001-N16 et 2001-N32 (les modèles 8kB ont été abandonnés peu après l’introduction). Le 2001-N est passé à l’utilisation de mémoire DRAM conventionnelle au lieu de la SRAM 6550 (1kx4) dans le modèle d’origine.

Commodore CBM 3016

Les carnets de commandes étaient bien remplis jusqu’en Europe où les différents modèles furent introduits. Cependant, Philips possédant une marque concurrente du nom de PET, Commodore fut contraint de renommés ses machines en CBM 3000 (‘CBM’ pour Commodore Business Machines), qui comprenait les modèles 3008 , 3016 et 3032 .

Partager
Article précédentIBM Série 5100
Article suivantTandy TRS 80

LAISSER UNE REPONSE