Élimination des microplastiques à l’aide d’aimants

0
5

Un nouveau procédé pourrait cibler une pollution 1 000 fois plus petite qu’elle pouvant être éliminée aujourd’hui.
Début 2022, une triste découverte a mis en évidence que des micro-plastiques étaient dans les poumons de la plupart des personnes vivantes, et ce, dans des proportions plus importantes que l’on l’imaginait. Cela fait de la pollution aux plastiques un enjeu de plus en plus important car la plus petite des particules de plastique met des centaines d’années à se dégrader, il est donc urgent de trouver de nouvelles façons de nettoyer les eaux de la Terre. En utilisant le magnétisme, une équipe de chercheurs de l’école d’ingénierie STEM du Royal Melbourne Institute of Technology (RMIT) a créé un moyen rapide de nettoyer de vastes volumes d’eau.

La pollution des océans par le plastique

Les déchets plastiques représentent environ 80% de la pollution des océans. Chaque année, 8 millions de tonnes de déchets plastiques sont déversées dans les océans et il existe maintenant un 7ème continent de plastique dans le Pacifique Nord. On estime qu’en 2050, les océans abriteront autant de tonnes de plastique que de poissons.

La découverte faite par le RMIT

En utilisant un adsorbant à base de fer sous forme de poudre, l’équipe a utilisé des aimants pour séparer les micro-plastiques et autres polluants de l’eau. L’adsorbant est fabriqué à partir de nanoparticules préparées avec des propriétés de surface spéciales choisies spécifiquement pour leur capacité à attirer les micro-plastiques et autres particules.

La combinaison poudre et aimant élimine les polluants 1 000 fois plus petits que ceux qui sont nettoyés par les processus actuels de traitement des eaux usées. Les tests menés sur l’adsorbant ont permis de nettoyer de l’eau dans des délais très courts, ce qui a conduit les scientifiques à proposer la mise en œuvre d’un pilote à plus grande échelle avec des installations de traitement dédiées aux eaux usées.

En parallèle de la diminution de l’utilisation des plastiques, la poursuite du développement de ce procédé pourrait permettre de revoir la façon de recycler, de réutiliser ou d’éliminer autrement les polluants collectés.

Site Web :rmit.edu.au

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here