Le recyclage n’est pas la solution à la crise des déchets électroniques

1
867

Les gens sont globalement satisfaits du recyclage, peut-être même davantage en matière d’électronique. Ne pas oublier de prendre votre ordinateur ou votre smartphone et de le déposer pour le recycler est un exploit en soi.

Mais si le recyclage des produits électroniques est une bonne chose, il ne règle pas pour autant le problème des déchets électroniques que nous connaissons actuellement.

Exemple: Apple. En 2016, le dévoilement de Liam, un robot capable de démonter un iPhone en 11 secondes seulement, a suscité beaucoup d’intérêt. un moyen ultra efficace pour recycler 1,2 million d’unités par an. Cela semble impressionnant jusqu’à ce que vous preniez en compte le fait qu’Apple avait vendu 231 millions de nouveaux iPhones l’année précédente.

Fièrement présenté comme un symbole de l’engagement d’Apple en faveur de l’environnement (et depuis qu’il est devenu Daisy, un robot légèrement plus efficace introduit le jour de la Terre 2018), Liam est en fait le symbole idéal pour le recyclage dans le secteur de la haute technologie. : une goutte d’eau verte dans un océan de pollution – noble, mais surtout inefficace.

Que ce soit intentionnel ou non, le battage médiatique autour du recyclage dans l’industrie électronique est incroyablement trompeur. La réalité est que, comme solution, le recyclage efface à peine la surface de la crise croissante des déchets électroniques. Nous sommes en train de perdre du terrain dans la lutte pour réduire l’impact environnemental de nos équipements électroniques.

L’histoire en chiffres

En 2016, le monde a en effet produit 44,7 millions de tonnes de DEEE, soit 4 500 Tour Eiffel. Chaque être humain en produit plus de 6 kilos par an et ce chiffre, en hausse de près de 5% par rapport à 2014, devrait encore croître de près de 7% d’ici 2021. Or le rapport souligne que seuls 20% des métaux contenus dans les DEEE passent par les circuits officiels de recyclage. Les 80% restants se sont dirigés vers un site d’enfouissement plus dommageable pour l’environnement.

Le taux de recyclage est plus proche de 25%. Ce que la plupart des gens ne réalisent pas, c’est que de nombreux «recycleurs» envoient en réalité la plupart des déchets électroniques à l’étranger où, au lieu d’être recyclés, les pièces utilisables sont réutilisées et les minéraux extraits. Cela ne semble pas terrible, sauf que cela a un coût énorme pour les populations locales . Les méthodes utilisées sont presque toujours inappropriées – dans certains endroits, par exemple, l’or est récupéré par des circuits de bain dans de l’acide nitrique et chlorhydrique, empoisonnant les voies navigables , et après quoi tout ce qui n’est pas utilisé est jeté dans le sol de manière inappropriée. Le taux de recyclage responsable des déchets électroniques atteint actuellement un taux catastrophique de 15,5% dans le monde.

Le consumérisme de masse et l’obsolescence planifiée dépassent les efforts de recyclage

Bien sûr, nous pouvons dire qu’il est temps de doubler les efforts de recyclage. Cependant, les énormes quantités de déchets électroniques (qui continuent de croître à un taux de 4% par an!) Sont impossibles à gérer. Le rapport des Nations Unies souligne que, bien que l’accent soit davantage mis sur le recyclage aujourd’hui que par le passé, les efforts de récupération durable des appareils usagés ne peuvent tout simplement pas suivre le rythme de consommation massive de nouveaux appareils.

Le problème est aggravé par la courte durée de vie des nouveaux appareils, les fabricants proposant de nouveaux modèles à des consommateurs pressés à un rythme effréné. Le rapport note que le smartphone moyen n’est utilisé que deux ans avant son remplacement.

Le cœur du problème: la surconsommation

Au-delà des limites inhérentes aux processus de collecte et de valorisation, nous devons garder à l’esprit que le recyclage est avant tout un retrait de la circulation et donc une incitation implicite à en produire et à en acheter de nouveaux. Dans son rapport sur la responsabilité environnementale , Apple admet que 77% de l’empreinte carbone de leurs composants électroniques provient de leur fabrication, contre 17% de leur utilisation réelle. L’impact environnemental du remplacement d’un périphérique, même s’il est recyclé après, reste important.

Le recyclage ne doit pas être utilisé comme un baume pour la conscience d’un modèle polluant. Bien que le recyclage soit utile, il est urgent de reconnaître les limites du recyclage des produits électroniques et de s’attaquer de près à la problématique croissante des déchets électroniques afin de développer des approches plus efficaces.

Au cœur du problème se trouve les secteurs technologiques dont les bénéfices sont tirés par l’obsolescence programmée. Tant que l’industrie ne trouvera pas un équilibre sans produire inutilement de nouvelles pièces électroniques, tous les processus d’éco-conception, les programmes de recyclage et les innovations de type Liam resteront au mieux symboliques et, au pire, des tours de passe-passe.

Réduire et réutiliser (avant de recycler)

Seule l’allongement de la durée de vie des appareils actuellement en circulation, à travers leur maintenance, leur rénovation et leur réutilisation sous une forme ou une autre, peut avoir un effet significatif sur leur impact environnemental. Se battre pour la facilité de réparation – dirigé par des organisations telles que repair.org, les repairs café ou développer des innovations telles que le Fairphone sont des pièces importantes du puzzle. L’achat de produits électroniques remis à neuf au lieu de nouveaux en est un autre.

Nos espoirs ne doivent pas reposer sur le recyclage. Pour avoir un impact véritablement durable sur le problème des déchets électroniques, nous devons produire moins pour polluer moins – et trouver le moyen de le faire sans sacrifier notre qualité de vie actuelle. Intensifier nos efforts pour prolonger la durée de vie des appareils, les garder à l’écart des décharges et leur donner une deuxième et une troisième vie, semble être l’approche la plus pratique et la plus intelligente.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE REPONSE