NEC présente un prototype de voiture volante

3
1114

La compagnie japonaise d’électronique NEC a fait voler un prototype de voiture volante multicoptère dans la banlieue de Tokyo.

Le fabricant d’électronique japonais NEC Corp. a présenté lundi une « voiture volante », une grosse machine ressemblant à un bourdon avec quatre hélices qui a volé pendant une minute environ.

Le vol d’essai, d’une hauteur de 3 mètres, s’est déroulé dans une gigantesque cage, par mesure de précaution, dans une installation NEC située dans la banlieue de Tokyo. Les préparatifs tels que les vérifications répétées de la machine et les encouragement pour que les journalistes de portent un casque ont pris plus de temps que les deux brèves démonstrations.

Le gouvernement japonais est derrière les voitures volantes, dans le but de faire en sorte que les gens s’y promènent d’ici les années 2030.

Parmi les efforts soutenus par le gouvernement, il y a un vaste parcours d’essai pour voitures volantes construit dans une région dévastée par le tsunami, le séisme et les catastrophes nucléaires de 2011 à Fukushima, dans le nord-est du Japon. Mie, une préfecture du centre du Japon fréquemment visitée par les célébrités hollywoodiennes comme lieu de villégiature, espère également s’appuyer sur des voitures volantes pour relier ses différentes îles.

Des projets similaires voient le jour dans le monde, comme Uber Air, aux États-Unis.

Une voiture volante de la start-up japonaise Cartivator s’est écrasée rapidement lors d’une démonstration en 2017. Tomohiro Fukuzawa, directeur général de Cartivator, qui assistait à la manifestation de lundi, a déclaré que ses machines volaient aussi plus longtemps ces derniers temps.

NEC figure parmi les 80 sociétés sponsors de la voiture volante de Cartivator, qui comprend également les sociétés du groupe Toyota Motor Corp. et la société de jeux vidéo Bandai Namco Holdings.

L’objectif est d’assurer une transition en douceur de la conduite un peu comme dans le monde du «Retour vers le futur», bien que d’énormes obstacles restent à surmonter, tels que la durée de vie de la batterie, la nécessité de réglementations et la sécurité.

Les responsables de NEC ont déclaré que leur voiture volante avait été conçue pour des vols non habités, mais utilisait la technologie de la société dans ses autres activités, telles que les voyages dans l’espace et la cybersécurité.

Souvent appelée EVtol, un avion «volant verticalement» est défini comme un avion électrique ou hybride électrique, doté de capacités sans conducteur, pouvant atterrir et décoller verticalement.

Tous les concepts de voiture volante, qui ressemblent à des drones assez gros pour contenir des humains, promettent d’être meilleurs que les hélicoptères. Les hélicoptères sont coûteux à entretenir, bruyant et nécessitent des pilotes entraînés. Les voitures volantes sont également considérées comme utiles pour les secours en cas de catastrophe.

Le réseau américain de covoiturage et de transport Uber planifie des vols de démonstration en 2020 et des opérations commerciales en 2023. Il a choisi Dallas, Los Angeles et Melbourne comme première ville à proposer ce qu’il appelle des vols Uber Air.

L’entreprise s’est également montré agressive dans sa recherche de voitures volantes. Les responsables japonais ont déclaré que le Japon avait de bonnes chances de devenir un leader mondial, car le gouvernement et le secteur privé travailleraient en étroite collaboration.

3 COMMENTAIRES

  1. Si tout le monde utilise ce type de transport, je pense qu’il va falloir des lois pour garantir la sécurité des conducteurs (je fais allusion aux voitures volantes avec passagers). Le moindre accident aura de conséquence terrible.

LAISSER UNE REPONSE