Nitendo NES – Famicom

0
633

La Nintendo Entertainment System, couramment abrégée en NES est une console de jeux vidéo de génération 8 bits fabriquée par l’entreprise japonaise Nintendo et distribuée à partir de 1985 (1987 en Europe).
Appelée Famicom aux états-unis, la NES n’était pas la première console de salon de Nintendo – cet honneur revient aux consoles «Color TV Game», qui sont des unités peu coûteuses conçues pour jouer différentes variantes d’un seul jeu intégré. C’était, cependant, la première console de Nintendo à utiliser des cartouches de jeu interchangeables.

Malgré un premier rappel matériel lié à un circuit défectueux sur la carte mère, la console a connu un grand succès au Japon grâce à la popularité de certains jeux tels que Donkey Kong Jr. et des titres originaux comme Super Mario Bros.

La Famicom et ses deux manettes, accompagnés d’un Famicom Disk System, un lecteur de disquettes distribué uniquement au Japon.

Avec la NES, Nintendo adopta une stratégie complète de re-branding destinée à convaincre les occidentaux que la NES n’était pas comme les anciennes consoles de jeux vidéo. La console fut présentée comme un « système de divertissement » qui vous obligeait à insérer des « jeux de cartes » dans un « module de contrôle ».

Nitendo dû convaincre les développeurs tiers de réaliser des jeux pour sa nouvelle console. À l’époque, beaucoup de développeurs réalisaient des jeux pour Atari. Le fait que pratiquement tout le monde puisse concevoir et vendre des jeux Atari 2600 codés à la hâte sans interférence ni coopération avec Atari a conduit à inonder le marché de jeux parfois invendables. Les tiers devaient obtenir une licence pour développer des jeux pour le système de Nintendo, et les conditions de licence de Nintendo interdisaient aux développeurs de publier des jeux pour d’autres consoles et les limitaient à deux jeux par an. D’autres restrictions, visant principalement à éliminer les contenus religieux et autres contenus «inappropriés», ont également été imposées. Ces restrictions ont par exemple abouti à faire en sorte que les combattants du jeu Mortal Kombat suent à la place du sang !

Les jeux sous licence ont bénéficié d’un sceau de qualité imprimé sur leurs boîtes et les développeurs disposaient d’un accès au système de verrouillage, une puce sur le circuit imprimé de la cartouche qui s’inscrit avec une puce correspondante sur la console. Sans être infaillible, dans les premiers temps de la NES, ce matériel a permis de lutter contre le flot de logiciels de faible qualité qui avait tué Atari et ses semblables.

Pour autant, tous les développeurs n’étaient pas satisfaits de ces termes, mais combattre Nintendo était une bataille difficile. Le défi le plus important pour le système est venu de Tengen, une filiale d’Atari Games. Tengen a utilisé les documents de copyright de Nintendo pour procéder au reverse engineering de la puce et créer sa propre version compatible, baptisée « Rabbit ». Nintendo a intenté un procès pour contrefaçon qu’il remporta.

En France, la NES devait initialement être commercialisée en septembre 1987 en même temps que la Master System mais pour des raisons de délai de livraison elle vit le jour fin octobre 1987. La console sort en deux bundles : un avec Super Mario Bros. et un autre avec Gyromite et son Robot ainsi que Duck Hunt et son Zapper gris. 27 jeux accompagnent le lancement et un total d’une trentaine seront disponibles d’ici Noël 1987. Elle est vendue en France à 1 490 francs, ce qui correspondait relativement bien aux 199,99 $ affichés aux États-Unis en 1985 (sachant que 1 $ est égal a 0,80 centimes en 1986) (160 euros soit 1 050 francs en 1987)27. La différence de prix entre la NES et la Famicom est due aux coûts d’exportation et aux différences matérielles des deux consoles.

La console connut un succès mondial, ce qui aida à redynamiser l’industrie du jeu vidéo après le krach du jeu vidéo de 1983, et ce qui fixa les normes pour les consoles suivantes, du game design aux procédures de gestion.

LAISSER UNE REPONSE