Osborne 1

0
8

Commercialisé en juin 1981 par Osborne Computer Corporation, l’Osborne 1 est considéré comme le premier véritable ordinateur portable complet. C’est aujourd’hui une pièce mythique.

Il intègre tous les composants nécessaires à un système informatique :

  • deux lecteurs de disquettes intégrés qui contiennent chacun 91K de données, avec des compartiments de stockage pour disquette
  • un grand clavier détachable avec pavé numérique
  • un moniteur CRT monochrome intégré, bien que petit.
  • le système d’exploitation CP / M, le système d’exploitation le plus populaire de l’époque.
Osborne 1

Ce qui le rend portable, ou plus souvent décrit comme étant transportable, c’est que tout est dans une seule « valise », facilement transportable d’un endroit à un autre. Il suffit de le débrancher et reprise le clavier à l’avant du système. Une poignée de transport en cuir sur le dos facilite le transport.

Pour concevoir l’Osborne 1, Adam Osborne, le fondateur d’Osborne Computer Company (OCC), a fait appel à Lee Felsenstein, qui a également conçu l’ordinateur Sol-20 de Processor Technology  cinq ans plus tôt.

Bien que passionnant et unique, l’Osborne 1 a ses limites. Par exemple, il pèse 11 kg ce qui n’en fait pas un système particulièrement léger et l’écran n’a que 5 pouces de diagonale et ne peut pas afficher plus de 52 caractères par ligne de texte.

Le choix d’un petit écran était motivé par la volonté de proposer un appareil aussi compact que possible, mais par la suite, les concepteurs ont regretté cette décision car des écrans un peu grands étaient disponibles.

L’ordinateur portable Osborne 1 n’était pas conçu pour être performant ou révolutionnaire – il était censé être « assez bon » ou simplement suffisant pour faire le job.

Aux états-unis, l’Osborne 1 a été dévoilé pour la première fois au public lors de la 6ème édition de la foire informatique de la côte Ouest en mars 1981 et lors de la conférence nationale sur l’informatique de mai 1981.

Les premiers systèmes de production utilisaient un boîtier en plastique brun peu coûteux, formé sous vide, mince et plutôt fragile.

Les systèmes ultérieurs ont utilisé un boîtier en plastique blanc moulé par injection plus épais et plus robuste.

Alors que l’Osborne 1 était une bonne affaire à 1 795 $, il a également été livré avec environ 1 500 $ de logiciels gratuits:

  • CP / M Utility
  • Système d’exploitation CP / M
  • Application de feuille de calcul SuperCalc
  • Application de traitement de texte WordStar avec MailMerge
  • Langage de programmation Microsoft MBASIC (interprété)
  • Langage de programmation CBASIC Digital Research (compilé)

Pour pouvoir inclure ces logiciels à l’offre commerciale sans frais réels pour l’entreprise,  les fournisseurs de logiciels ont reçu des actions de la Osborne Computer Company en échange de leur licence de logicielle.

Une personne pourrait acheter un ordinateur Osborne 1 , l’emporter à la maison, l’allumer et commencer à travailler immédiatement. Tout était inclus.

L’ordinateur Osborne 1 a connu un énorme succès du jour au lendemain. En septembre 1981, OCC a perçu un million de dollars de recette lors de la première semaine de commercialisation.

La Osborne Computer Company (OCC) a atteint plus de 3 000 employés et généré des revenus de 73 millions de dollars en seulement 12 mois, avec des ventes atteignant 10 000 unités par mois.

En 1982, une option avec lecteur double densité a été commercialisée, qui permet de stocker deux fois plus de données par disquette. Il est composé d’une carte de circuit supplémentaire qui doit être installée à l’intérieur du système. Il reconnaît ces formats de données:

  • Osborne 1 densité simple – 92K par disquette
  • Osborne 1 double densité – 182K par disquette
  • Xerox 820 simple densité – 82 Ko par disquette
  • Cromemco simple densité – 80K par disquette
  • Ordinateur personnel IBM (format CP / M-86) – 156 Ko par disquette
  • DEC VT-180 – 171K par disquette

En 1983, la mise à niveau de l’écran «Screen Pac» installé en interne a permis de brancher un moniteur externe sur une prise RCA pour permettre un affichage de texte complet de 80×24 ou 104×24.

En 1982, Osborne Computer Company (OCC) a annoncé un successeur, le modèle exécutif OCC-2, avec un écran 80×24 plus grand de 7 pouces, deux fois plus de mémoire RAM et des lecteurs de disquettes double densité.

Osborne OCC2

Peu de temps après, ils ont annoncé le prochain système, le Vixen , un système encore plus petit, plus léger, moins cher et portable, qui fonctionne encore avec le système d’exploitation CP / M.

Malheureusement, les clients potentiels ont arrêté d’acheter l’Osborne 1, en attendant l’Executive et le Vixen, qui à cette époque, n’étaient pas encore prêts à être commercialisés. De plus, le nouveau Kaypro II était maintenant disponible avec un énorme écran de 9 pouces pour moins cher. Les ventes d’Osborne ont donc chuté et l’OCC a rapidement manqué d’argent et a déposé son bilan en septembre 1983. Le fait de tuer involontairement les ventes en annonçant de futurs produits a été qualifié, peut-être injustement, d’« effet Osborne ».

Mais un autre facteur était également à l’origine de l’échec commercial. A ce moment-là, la plupart des utilisateurs sérieux gravitaient autour des nouveaux PC d’IBM, disponibles depuis 1981.

Tout ce qui n’était pas compatible avec IBM était voué à l’échec. En 1983, le Compaq Portable est sorti – un ordinateur portable concurrent similaire à l’Osborne 1, à la différence qu’il était compatible IBM et fonctionnait sous MS-DOS.  Ce fut un grand succès.

Partager
Article précédentGRiD Compass 1101
Article suivantBull Micral 30

LAISSER UNE REPONSE