Technologie des cartes perforées

0
2062

En 1801, Joseph-Marie Jacquard a développé un métier à tisser avec lequel le motif à tisser était déterminé par des cartes perforées. Pour modifier un motif, les cartes étaient remplacées sans que cela ait le moindre impact sur la conception mécanique du métier à tisser. D’une certaine manière, ce fut le point de départ de la programmation.

Joseph Marie Jacquard et son métier à tisser utilisant des cartes perforées

En 1833, Charles Babbage mis au point une machine différentielle, une calculatrice mécanique automatique qu’il utilisa pour classifier des polynômes. Cette machine intégrait les cartes perforées de Jacquard pour sa programmation.

En 1890, le Bureau du recensement des États-Unis a utilisa des cartes perforées et les machines de tri conçu par Herman Hollerith pour gérer le flot de données lié au recensement décennal prévu au titre de la Constitution. La société de Hollerith a fini par rejoindre IBM qui développa par la suite une technologie de cartes perforées utilisées au sein d’un ordinateur puissant destiné à traiter les données d’affaires. En 1950, la carte IBM était devenue omniprésente dans l’industrie et les ministères.

Herman Hollerith a inventé une machine de totalisation à l’aide des cartes perforées dans les années 1880

En 1940, l’exploitation de carte perforées associée à des techniques plus avancées permirent de résoudre des équations différentielles, d’effectuer des multiplications et des divisions de nombres à virgule flottante. Dans de nombreuses installations informatiques, des cartes perforées ont été utilisés jusqu’à ce que (et après) la fin des années 1970. Par exemple, les étudiants en sciences et en génie dans de nombreuses universités à travers le monde soumettaient leurs résultats de programmation au centre informatique local sous la forme d’une pile de cartes, une carte par ligne de programme.

LAISSER UNE REPONSE