Polémique autour d’un test sanguin qui permettrait de détecter la maladie d’Alzheimer 20 ans plus tôt

0
345

Selon the Guardian et d’autres médias, un test sanguin permettrait d’identifier avec précision les personnes sur le point de développer la maladie d’Alzheimer avant l’apparition de symptômes.

Ceci s’appuie notamment sur une article de Neurology  indiquant que des scientifiques américains ont pu utiliser les taux d’une protéine dans le sang pour aider à prévoir son accumulation dans le cerveau.

Des experts, cette fois britanniques, ont déclaré que les résultats étaient prometteurs – et constituaient un pas en avant vers un test sanguin fiable pour la maladie d’Alzheimer afin d’accélérer la recherche sur la démence.

La maladie d’Alzheimer est la principale cause de démence. Plus de 900 000 personnes en France, principalement des personnes âgées de plus de 65 ans, et des millions de personnes dans le monde entier en ont été atteintes.

Il n’y a actuellement aucun traitement pour arrêter la maladie.

Jusqu’à 20 ans avant que les gens ne développent une perte de mémoire et une confusion, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, des amas de protéines dommageables commencent à s’accumuler dans leur cerveau.

Mais la tomographie par émission de positrons (Pet) coûteuse et fastidieuse est actuellement le seul moyen de tester cela.

La protéine bêta-amyloïde peut s’accumuler dans le cerveau chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer

Des chercheurs de la faculté de médecine de l’Université de Washington, à St Louis (Missouri), ont analysé des taux d’une protéine appelée bêta-amyloïde dans le sang de 158 adultes âgés de plus de 50 ans, afin de déterminer s’il en était de même pour les examens du cerveau.

Ce fut le cas, mais à seulement 88% du temps – ce qui n’est pas assez précis pour un test de diagnostic. Lorsque les chercheurs ont associé ces informations à deux autres facteurs de risque de la maladie, à savoir un âge supérieur à 65 ans et des personnes porteuses d’une variante génétique appelée APOE4, qui au moins multiplie par trois le risque de contracter la maladie, l’exactitude du test sanguin a été améliorée à 94% selon les médias anglo-saxon.

L’auteur principal de l’étude, Randall J Bateman, professeur de neurologie, a déclaré que cela pourrait désormais aider à dépister beaucoup plus de personnes que les examens coûteux du cerveau.

« Cela signifie que nous pouvons identifier plus efficacement les candidats aux essais cliniques, ce qui nous aidera à trouver les traitements plus rapidement et pourrait avoir un impact énorme sur le coût de la maladie ainsi que sur les souffrances humaines qui en découlent », a-t-il déclaré.

Les participants aux essais doivent avoir des modifications précoces du cerveau dues à la maladie d’Alzheimer – telles que la formation d’amyloïde – mais pas de problèmes cognitifs pour le moment.
Cela permettra aux scientifiques de déterminer si les médicaments testés au cours des essais peuvent réellement prévenir la démence provoquée par la maladie d’Alzheimer.

Le Dr James Pickett, responsable de la recherche à la Société Alzheimer, a déclaré: « C’est un domaine de progrès extrêmement excitant dans la recherche sur la démence.

« Mais il est important de noter que ce n’est pas un test sanguin pour la démence – cela nous dit que des dépôts d’amyloïde se trouvent dans le cerveau, caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, mais que l’on retrouve également chez les personnes âgées en bonne santé. »

Anticipation dans la prescription médicamenteuse

Le Dr Pickett a ajouté: « Ce test accélérera la recherche sur la démence en identifiant les personnes à risque de développer la maladie d’Alzheimer qui pourraient convenir à des essais cliniques visant à prévenir ou à retarder le développement de la démence.

« D’ici là, nous attendons avec impatience les résultats d’études plus vastes pour valider ce test sanguin. »

La Dre Sara Imarisio, de Alzheimer’s Research UK, a déclaré: « Améliorer la précision des tests sanguins est depuis longtemps un objectif pour les chercheurs et utiliser des informations supplémentaires sur le risque génétique pour renforcer un test de ce type constitue un progrès encourageant.

« Le moment est maintenant critique d’investir dans la recherche afin de réaliser les avantages potentiels d’un test sanguin pour la maladie d’Alzheimer et de commencer à tester les médicaments susceptibles d’améliorer la prise en charge de la maladie. »

LAISSER UNE REPONSE