Tout savoir sur l’économie circulaire

0
2879

Sommaire

Définition de l’économie circulaire

L’économie circulaire est un système économique d’échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à diminuer l’impact sur l’environnement tout en permettant le bien-être des individus.

Les produits et services sont donc conçus dans une optique de réutilisation ce qui donne lieu à un modèle économique à vision systémique, autrement dit qui place au cœur de ses principes la nature qualitative et la valeur immatérielle des relations socio-économiques.

L’économie verte, de l’usagede l’économie et de l’écologie industrielle sont quelque exemples d’économie circulaire.

L’économie circulaire fonctionne en boucle car elle vise à limiter la consommation et le gaspillage de matières premières. Les flux de matières sont de deux types : les nutriments biologiques, destinés à ré-entrer dans la biosphère en toute sécurité, et les entrants techniques, conçus pour être recyclés sans entrer dans la biosphère.

Les boucles de l économie circulaire

Les boucles de valeur de l’économie circulaire (source : Institut de l’économie circulaire, inspiré de la Fondation Ellen MacArthur)

Son mode opératoire peut être représenté sous la forme d’une boucle qui relie dans l’ordre : « ressources», « écoconception », « production», « traitement déchets ». Ces déchets redeviennent pour partie des « ressources », qui elles-mêmes redeviennent des « produits ».

 

Les 3 « R » de l’économie circulaire

Les trois R constituent une stratégie de gestion des produits en fin de vie et des déchets qui en découlent, visant à :

  1. Réduire la quantité de produits qui arrivent en fin de vie. La réduction des déchets peut se faire à deux niveaux : réduction de la consommation de biens ou réduction de la consommation d’énergie. Par exemple, on cherche à limiter les quantités d’objets destinés à un usage unique (par exemple, les pailles en plastique, les sacs en plastique, les gobelets, les emballages pourraient être réutilisés (grâce à une consigne) plutôt que jetés après usage).
  2. Réutiliser des produits ou certaines de leurs parties qui deviendraient autrement des déchets. Il s’agit d’une réutilisation du produit ou de ses composants principaux (les plus robustes, ou les plus chers ou difficiles à produire), lorsqu’il est possible de ne changer que les parties usées comme les batterie de téléphone portable pour en refaire un produit prêt à la revente (recyclage / reconditionnement de téléphone portable, recyclage de PC, recyclage de console de jeu, d’appareil hifi ou électro-ménagers)
  3. Recycler les matières premières. Lorsqu’un produit est en fin de vie, le recyclage consiste essentiellement à récupérer ces matériaux pour s’en servir comme matières premières pour de nouveaux produits. Au sein de l’économie circulaire un déchet n’est plus déchet mais une matière première réintroduite dans le cycle de production.

Exemples concrets d’économie circulaire

Il existe plusieurs types d’économie circulaire

Economie verte

L’économie verte regroupe deux types d’activités : des activités classiques réalisées avec des procédés moins polluants ou moins consommateurs d’énergie, et les éco-activités, dont la finalité est la protection de l’environnement ou la gestion des ressources naturelles.

Exemple : les plastiques biosourcés

Pour réduire l’impact des plastiques sur l’environnement, les plastiques biosourcés pourraient être une solution. Fabriqués en partie à partir de composants naturels renouvelables, comme le sucre de canne ou l’amidon de maïs et de pomme de terre,  les plastiques biosourcés peuvent remplacer ceux issus de la pétrochimie. Seul frein à leur expansion : leur prix. Ils sont encore de 30 % à 50 % plus chers à produire que les plastiques traditionnels.

Economie de l’usage

L’économie de l’usage, également appelée économie de la fonctionnalité, est un principe qui ne consiste plus à entrer en possession d’un bien mais d’en acheter l’usage temporaire. Un même objet satisfait alors plusieurs demandes ce qui réduit le nombre d’exemplaires à fabriquer, donc préserve les ressources naturelles sans pour autant diminuer la création de valeur puisque l’activité perdue dans la production est largement contrebalancée par celle créée par la gestion du partage.

Exemple : L’autopartage

On utilise rarement un véhicule 100% de son temps, aussi l’autopartage permet de limiter la production, donc l’utilisation de matière première, en produisant moins de véhicule. Ce modèle économique n’est intéressant que s’il est gagnant/gagnant. Autrement dit, l’économie d’usage implique que le bien partagé rapporte à son fournisseur davantage que s’il l’avait vendu. De même, cette solution doit être économique rentable pour le client.

L’économie d’usage ou de fonctionnalité consiste donc  à fournir aux entreprises et individus, des solutions intégrées de services et de biens reposant sur la vente d’une performance d’usage ou d’un usage et non sur la simple vente de biens

Ecologie industrielle

L’écologie industrielle  est une démarche qui s’inspire des écosystèmes naturels pour tendre vers une gestion optimale des matières et de l’énergie : le système industriel peut être considéré comme une forme particulière d’écosystème. Les déchets d’une activité peuvent devenir une ressource pour une autre activité.

Exemple d’écologie industrielle

Les entreprises peuvent réutiliser entre elles, ou avec les collectivités, leurs résidus de production (vapeurs, co-produits, gaz d’échappement, effluents, déchets…) et ainsi, limiter la pollution, le prélèvement de ressources, la production de déchets et la consommation d’énergie.

LAISSER UNE REPONSE