Vers une révolution transhumaniste ?

5
2590

Le transhumanisme se caractérise par le fait d’utiliser toutes les NBIC (nano technologies, biotechnologies, intelligence artificielle et sciences du cerveau) pour repousser la mort et augmenter les capacités intellectuelles de l’être humain. Le transhumanisme, c’est l’homme qui acquiert la possibilité de se modifier lui même, à travers la technologie. L’augmentation des capacités intellectuelle est rendue possible grâce à des liens entre notre cerveau et des modules d’intelligence artificielle. Ces modules pourraient prendre la forme d’implants intracrâniens qui assisteraient toutes décisions humains grâce à des capacités toujours plus puissantes. Ainsi selon Kurzweil, l’intelligence artificielle dépassera l’intelligence humaine en 2029 et qu’en 2045 elle sera 1 milliard de fois plus puissante que les 8 milliards de cerveaux humains réunis. La nouveauté est qu’on envisage maintenant une conscience artificielle douée de libre arbitre, capable de penser elle-même, sans support biologique.

L’entreprise la plus avancée dans ce domaine est sans conteste GOOGLE dont les recherches autour de l’intelligence artificielle ne datent pas d’aujourd’hui. L’intelligence Artificielle est en effet un axe stratégique pour l’élaboration de monde demain constitué de machines intelligentes, de systèmes autorégulés. Trouver l’information ne suffit plus, il faut désormais des systèmes qui, aidés de capteurs, sont en mesure de prendre des décisions. Les technologies modernes le permettent de plus en plus.

Un pas vers l’immortalité ?

Les progrès technologiques ne cessent de faire reculer les frontières de la mortalité de l’homme, dont l’espérance de vie est passée de 25 ans à plus de 80 ans en 2 siècles. Cette tendance devrait continuer de s’accélérer dans les années à venir grâce à des nouvelles techniques d’interventions chirurgicales et soins médicamenteux. Ainsi nous pourrons remplacer un organe complet comme le cœur, et parfois nous réparerons le cœur en utilisant par exemple des cellules-souches.
La médecine aujourd’hui n’est pas loin de la science-fiction : un premier cœur artificiel a été implanté dans la cage thoracique d’un homme, à Paris, voici moins d’un an. Une main bionique fait à nouveau ressentir la sensation du toucher à un autre patient amputé. Quant à la thérapie cellulaire, elle fait des pas de géants : des cellules-médicaments injectées dans des organes malades pourront sans doute un jour régénérer un cœur souffrant.

Evolution transhumaniste
Evolution de l’être humain

D’autres découvertes scientifiques récentes laissent présager que des progrès de la médecine cellulaire pourrait permettre de vivre plusieurs centaines d’années.
Ainsi, une équipe de scientifiques du Buck Institute for Research on Aging basé en Californie vient de faire une découverte des plus surprenantes. En modifiant le métabolisme génétique d’une certaine espèce de ver, ces chercheurs sont parvenus à multiplier par cinq son espérance de vie. Le directeur de l’étude, le Docteur Pankaj Kapahi, a expliqué que cette combinaison leur a permis d’augmenter l’espérance de vie des vers par 5 car les « deux mutations ont créé une boucle bénéfique au sein de tissus spécifiques ».
La prochaine étape sera donc de renouveler l’espérance sur des souris afin de tester le procéder sur des mammifères. Si les résultats sont positifs, la recherche continuera donc à tendre vers une application pour l’homme, même s’il faudra évidemment attendre encore de nombreuses années pour les voir. Les chercheurs de Buck estiment cependant que ces études pourront un jour déboucher sur des traitements permettant de lutter contre le vieillissement et ainsi augmenter notre espérance de vie.

On y est donc presque.

Transhumanisme et questions éthiques

Comme chacun le sait, il faut vivre avec son temps et aujourd’hui peu de gens et d’entreprises ne pourraient se passer d’ordinateur. Mais qui est capable de prédire l’impact sociétal d’évolutions aussi importantes pour l’homme. Qu’adviendra-t-il des individus « améliorés » et de ceux qui le seront pas faute de moyens ?

Ce débat ouvre donc de nombreuses questions auxquelles il est difficile de répondre et qui rappellent celles liées aux organismes génétiquement modifiés (OGM) qui ont conduit les autorités à légiférer.

Et vous, qu’en pensez que l’humanité prend des risques à vouloir modifier l’être humain ?

 

5 COMMENTAIRES

  1. Ce la pose beaucoup de questions éthiques car que va t-on créer au final, un homme surhumain donc plus vraiment humain. Est ce vers quoi il faut vraiment aller ? Je pense qu’il faut être très prudent avant de jouer aux apprentis sorciers car il pourrait être difficile de revenir en arrière

  2. Il faut y aller et ne pas faire les mêmes erreurs qu’avec les OGM, puisque cet article y fait allusion. Aujourd’hui une ou deux entreprises sont en mesure de faire naitre ce genre d’avancées car d’un point de vue commercial il y a un marché énorme qui pourrait bien remettre en cause certains techniques de soins plus classique. Attention donc à la rupture technologique !

  3. Ce sont des idées qui se sont propagées dans la Silicon Valley, chez certains geeks, et qui ont fini par créer le mouvement transhumaniste d’amélioration de l’humain, considéré par beaucoup comme une secte. Par certains côtés, ça peut en effet faire penser à une secte ; mais ce sont des scientifiques qui y sont, des gens qui savent ce qu’est l’informatique, la robotique

LAISSER UNE REPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here