L’Odyssey, la première console de jeux vidéo

0
1811
Console Magnavox Odyssey

L’Odyssey est la première console de jeux vidéo grand public de l’histoire. Conçue par Ralph Baer, elle est commercialisée en septembre 1972 par Magnavox aux États-Unis, puis en 1973 dans le reste du monde. Elle se présente sous la forme d’une unité centrale et d’un système de carte de jeu.

Contrairement aux cartouches classiques, les carte de jeu n’intègrent pas d’intelligence spécifique au jeu mais se contentent d’indiquer à l’unité centrale quel jeu lancer en connectant entre eux les divers circuits de l’Odyssey. L’affichage, de type noir et blanc limité à l’affichage de 2 ou 3 carrées, éaitent piloté par des manettes équipées de 3 potentiomètres et d’un bouton.
Le bouton permet de réinitialiser le jeu en mémoire tandis que les potentiomètres permettent de se déplacer de maçon horizontale et verticale.
L’Odyssey est fournie avec de nombreux accessoires parmi lesquels des overlays, des calques transparents spécifiques à chaque jeu, qui simulent les graphiques et que l’on collait contre l’écran par électricité statique.
Les Overlays étaient fournis en deux tailles différents pour couvrir les 2 grandes tailles de téléviseurs de l’époque.
La consoles étaient fournie avec des dés, des cartes de jeu, des billets fictifs en papier, des jetons bleu blanc rouge et des plateaux de jeux, qui sont utilisés conjointement aux jeux vidéo.
Certains jeux étaient à mi-chemin entre le jeux de société et le jeu vidéo.
On y trouvait des jeux d’éveil pour les plus jeunes comme un dérivé du jeu Jacques a dit.

Suivant les localisations, un peu plus d’une dizaine de jeux sont inclus avec la console et quelques jeux sont commercialisés en 1972, puis en 1973. Un périphérique appelé Shooting Gallery, sous forme de pistolet optique avec quatre jeux, est vendu séparément en 1972. La ludothèque comporte vingt-huit jeux au total.

Histoire de l’Odyssey

Ralph Baer révèle qu’en 1951, il a eu l’idée de créer quelque chose d’interactif sur un écran, mais ne parvient à développer ce concept vague qu’en 1966, alors qu’il travaille chez Sanders. Il développe pendant trois ans le concept à l’aide de Bill Harrison et Bill Rusch, créant successivement plusieurs prototypes. Le septième, connu sous le nom de Brown Box, est proposé à plusieurs fabricants avant que Magnavox n’accepte de produire la console en janvier 1971.

En 1968, Bill Enders alors vice-président du marketing chez Magnavox fut impressionné par les démonstrations de la Brown Box qui traduisait manifestement une nouvelle vision du jeu.

Sanders Associates et Magnavox se mirent d’accord pour produire ce qui allait devenir la première console de jeu vidéo au monde, l’Odyssey (modèle 1TL200).

L’une des préoccupations de l’époque était de déterminer quels jeux feraient partis du package de base et ceux qui pourraient être vendus séparément.

Les circuits conçus dans la Brown Box de Sanders ont été essentiellement copiés à quelques exceptions près. Les seize sélecteurs de jeu de la Brown Box ont été remplacés par des cartes de programmation enfichables. Quelques nouveaux jeux ont été ajoutés. Contrairement à la conception de la Brown Box, l’unité 1TL200 avait une grande carte de circuit imprimé (la carte mère) dans laquelle plusieurs petites « cartes » étaient branchées. Les petites cartes modulaires contenaient les divers sous-circuits, tels que les générateurs de tache pour la balle et les joueurs. Cette méthode de construction a permis de simplifier la conception de la carte mère et en a réduit le coût.

Le prototype fut achevé été 1971. Deux études de marché ont été lancées en juillet et en octobre 1971 afin de déterminer ce que les clients potentiels pensaient du concept. Étonnamment, un grand nombre d’entre eux n’aiment pas le concept de cartouche: ils craignaient que les cartouches soient perdues ou brisés par des enfants.
Malgré cela, Magnavox conserva le principe.

Suite à sa commercialisation en septembre 1972, Magnavox écoule 350 000 unités durant son exploitation jusqu’en 1975. La console donne naissance à une série de consoles dédiées dérivées de l’originale, mais aussi à une seconde véritable console en 1978 appelée Videopac ou Magnavox Odyssey² selon les localisations.

A l’intérieur de la boite de l’Odyssey
Odyssey avec calque sur téléviseur

L’Odyssey était emballé dans une grande boîte en polystyrène à deux niveaux. Le niveau inférieur contenait l’unité centrale, les deux commandes manuelles, le câble RF, le boîtier de commutation dans son propre boîtier Magnavox noir, des billets et un rouleau de ruban adhésif. Le niveau supérieur contenait les accessoires restants: deux jeux de calques (deux tailles étaient livrées et convenaient à la plupart des tailles d’écrans de télévision de l’époque), un manuel utilisateur de 36 pages, diverses instructions sur papier, six cartouches, plusieurs jeux de cartes de jeu, deux dés, les tableaux d’affichage, une feuille d’autocollants, un ensemble de jetons en plastique (rouge / vert / bleu), six piles étaient également fournies car contrairement aux consoles que nous connaissons aujourd’hui, l’Odyssey fonctionnait par défaut sur pile. Les clients pouvaient également acheter un étui de transport spécial, un adaptateur secteur, le pack Shooting Gallery (support électronique). fusil) et jusqu’à dix jeux supplémentaires. Une fois stockés dans la mallette de transport, les revêtements étaient enroulés et stockés dans la partie supérieure. Un jeu gratuit gratuit, appelé Percepts, a également été envoyé aux clients qui ont enregistré leur Odyssey.

Il existe plusieurs variantes de l’Odyssey, les plus rares étant les modèles destinés à l’exportation. Au moins deux clones d’Odyssey existaient également.

Entre 1972 et 1975, trois modèles d’Odyssey furent vendus aux États-Unis: 1TL200BLAK, 1TL200BK12 et 1TL200BL99. Ils diffèrent principalement par de petits changements électroniques et des variations mineures des accessoires fournis.

Comment l’Odyssey fonctionnait-elle ?

Le fonctionnement de l’Odyssey est très basique. La plupart des jeux utilisaient des recouvrements en plastique spéciaux placés sur l’écran de télévision pour simuler les graphiques d’arrière-plan que le système ne pouvait pas dessiner. À chacun des douze jeux correspondent deux calques le premier pour des petits écrans, le second pour les écrans plus larges. Certains jeux utilisaient un encart spécial pour afficher les scores. D’autres utilisaient des jetons en plastique, des cartes ou d’autres accessoires tels qu’une paire de dés, de petits jetons et des consoles de jeu. Plusieurs jeux utilisaient la même cartouche. La bascule d’un jeu à l’autre résidait alors en l’utilisation d’accessoires différents ou l’application de règles différentes. Certains jeux utilisaient même deux ou trois cartouches: le jeu commençait avec une cartouche spécifique et se poursuivait avec une autre après des événements spécifiques. Étant donné que les deux lecteurs sont situés près des commandes horizontale et verticale, la mise hors tension du système en changeant la cartouche ne modifiait pas leur position.

Les jeux présents sur L’Odyssey

Cartouches de l’Odyssey et jeux embarqués

1 Table Tennis
2 Ski, Simon Says, Fun Zoo, Percepts
3 Tennis, Analogic, Baseball, Hockey, Football (Passing and Kicking), Soccer (1)
4 Cat and Mouse, Football (Running), Haunted House, Invasion (1)
5 Submarine, Invasion (2), Soccer (2), Wipeout
6 Roulette, States, Invasion (3)
7 Volleyball
8 Basketball, Handball
9 Shootout, Dogfight, Prehistoric Safari
10 Shooting Gallery
11 Originally planned for Basketball but cancelled
12 Interplanetary Voyage

 

LAISSER UNE REPONSE