Atari Pong

0
563
Console Atari Pong

Sortie en juin 1972, l’Atari Pong est l’une des premières bornes d’arcade sur la thématique du sport. Il s’agit d’une simulation simpliste de tennis de table ou ping-pong, dont la console reprend le nom. Imaginé par Nolan Bushnell, elle fut développée par Allan Alcorn, et la société Atari le commercialisa à compter de novembre 1972.

Borne d’arcade Pong

Bien que d’autres machines aient été inventées précédemment, comme Computer Space, Pong est la première à devenir populaire.
Le principe est simple : Une balle, représentée par un petit carré blanc, se déplace à travers l’écran et rebondit sur les rebords du haut et du bas. Les deux joueurs commandent chacun une raquette, représentée par un trait vertical aux extrémités de l’écran. L’objectif du jeu est renvoyer la balle plus souvent que son adversaire. Les scores de chaque joueur sont affichés en haut de leurs zones respectives.
Dans la version originale, l’interface est dotée d’une ligne centrale en pointillés, séparant l’écran en deux et représentant le filet vu du dessus. Les bords de l’écran matérialisent les limites du terrain, la balle ne pouvant pas sortir par le haut ou le bas. Ces délimitations sont présentes dans la plupart des versions ultérieures mais avec des styles différents, selon les choix des développeurs.
Pong a généré quatre fois plus de revenus que les consoles concurrentes, ce qui permit à Atari de disposer de sources de revenus stables et conséquentes ; la société vendit ses machines trois fois plus cher que leur coût de production. Atari commercialisa au total plus de 35 000 unités malgré une concurrence qui s’en inspira fortement pour produire des machines assez proches. Atari engrangea 40 millions de dollars de chiffres d’affaires en 1975.

Très vite se posa la question de la production des bornes en nombre suffisant pour répondre à la demande. Les fondateurs d’Atari recrutèrent des employés payés légèrement au-dessus du salaire minimum. En contrepartie, Atari promettait une bonne ambiance avec de la bière les vendredi soir lors de pot entre collègues. La demande est telle qu’Atari dut recruter de plus en plus, les ouvriers de la ligne d’assemblage travaillaient parfois jusqu’à 16 heures par jour.

L’une des difficultés rencontrées par Alcorn, fut l’affichage du score dont les chiffres étaient décomposés en sept segments. Une autre difficulté était que les raquettes n’allaient pas jusqu’en haut de l’écran à cause d’un défaut dans le circuit. Ce problème ne fut volontairement jamais corrigé afin d’éviter que les parties ne durent indéfiniment. Des sons censés représenter le bruit de la foule et des applaudissements furent intégrés tout comme le bruit de la balle contre la raquette. La raquette est décomposée en huit segments afin de renvoyer la balle avec des angles plus ou moins importants. Le déplacement de la balle s’accélère progressivement au fur et à mesure de la durée d’un échange.
Cette borne est depuis devenue une vraie pièce de collection, la version à cocktail étant la plus rare.
Le succès de Pong a poussé Atari à créer de nouveaux produits. En 1974, Harold Lee, ingénieur chez Atari, proposa une version domestique de Pong, connectée à une télévision : Home Pong. Commercialisée par Sears la première année puis par Atari un an après son lancement, cette console fut développée sous le nom de code Darlene, du nom d’une employée attrayante de chez Atari. Alcorn collabora avec Lee pour développer un prototype, basé sur la même technologie numérique que celle utilisée dans leurs jeux d’arcade.

Alcorn travailla avec Lee afin de développer un prototype utilisant la même technologie que la borne d’arcade. Grâce à la baisse du coût des pièces électroniques, la machine d’Atari revenait beaucoup moins chère que l’Odyssey de Magnavox, et proposait un jeu de bien meilleure qualité.


En janvier 1975, la Home Pong fut présentée au salon du jouet de New York, et quelques jours après, Atari proposa une nouvelle fois la Home Pong à Sears. Sears finit par accepter la collaboration et commanda 150 000 consoles Pong pour les vacances de Noël. Une seconde usine d’assemblage fut créée pour satisfaire la commande de Sears.

Home Pong connut un succès instantané dès sa sortie limitée en 1975 . Le jeu est devenu le produit le plus populaire de Sears à l’époque. Comme dans la version borne d’arcade, plusieurs sociétés ont commercialisé des clones pour capitaliser sur le succès de la console de salon.

Quelques semaines après la commercialisation de Pong Magnavox déposa plainte contre Atari pour violation de brevets. Les deux entreprises finirent par trouver un accord quatre ans plus tard : en échange de 700 000 $, Magnavox cèda une licence d’exploitation à Atari, obtient des droits sur les produits vendus par Atari sur l’année suivant l’accord et s’engagea à poursuivre toute autre société enfreignant les brevets de Baer. Cette dernière clause est importante, dans un contexte d’expansion du jeu vidéo où des dizaines de constructeurs lancent leurs consoles de salon intégrant un clone de Pong.
L’accord se relèva très rentable pour Atari : en plus des dizaines de milliers de bornes d’arcade vendues avant l’accord, de 1974 à 1976, la console Home Pong et ses variantes (Pong Doubles, Quadra Pong, etc.) furent également des succès commerciaux, bien au-delà des 700 000 $ payés pour la licence. De son côté, Magnavox attaqua en justice les nombreuses entreprises sur la base de la violation des brevets déposés par Baer, ce qui rapporta plus de 100 millions de dollars à la société et laissa la voie libre à Atari pour pleinement profiter du concept.

De nombreuses entreprises se lancèrent dans le secteur : Coleco entra sur le marché du jeu vidéo avec sa console Telstar, qui comportait trois variantes de Pong. Nintendo commercialisa la Color TV Game 6 en 1977, qui proposait six variantes de jeux de tennis. L’année suivante, ce fut le tour de la Color TV Game 15 de voir le jour. Il s’agissait d’une nouvelle console Nintendo composée de 15 jeux vit le jour. Les systèmes marquaient l’entrée de Nintendo sur le marché du jeu vidéo domestique et le premier produit par la firme japonaise elle-même. Les consoles Pong dédiées et les nombreux clones sont devenus de plus en plus rares.

Le succès d’Home Pong est considéré comme l’évènement précurseur de l’industrie du jeu vidéo, avec une forte augmentation de l’offre et des centaines de consoles de salon reprenant le concept.

 

LAISSER UNE REPONSE